Dans « nos histoires d’entrepreneurs » Cocorico web vous propose de découvrir à travers des petites histoires illustrées, des entrepreneurs qui se sont lancés dans l’aventure de la création d’entreprise, afin d’inspirer le désir d’entreprendre.

Créer son entreprise est une expérience excitante.
Créer son entreprise tout en étant à l’étranger, rend peut-être l’aventure encore plus trépidante, voir déboussolante.

Nous avons rencontré Lisa : actrice, entrepreneuse et expatriée qui nous explique son parcours, de son expatriation en Corée du Sud à la création de son entreprise. Un témoignage qui nous l’espérons, inspirera d’autres à sauter le pas.

Chapitre 1

Au pays du matin calme

Il y a 7 ans déjà, j’ai découvert la Corée du Sud en participant à un programme d’échange étudiant et cela reste l'une des meilleures périodes de ma vie.

Une fois mon master obtenu, c’est donc tout naturellement que j’ai décidé de retourner à Séoul pour reprendre mon aventure, mais avec cette fois-ci un visa Vacances-Travail (PVT) en poche.

Dans l’expatriation, tout n’est pas idyllique.

On se retrouve confronté à certaines difficultés pendant son aventure comme les incertitudes, les écarts culturels, la barrière de la langue et l’isolement.

Cependant, les rencontres enrichissantes, les amitiés créées et les aspects positifs de cette expérience ont toujours pris le dessus. J’ai découvert qu’à l’étranger, loin de ses repères, on ose plus, même s’essayer à de nouveaux métiers.

En Corée du Sud, mon expérience professionnelle est riche et… variée. J’ai été serveuse, mais aussi enseignante, magicienne, actrice, doubleuse de voix… Peu importe le pays dans lequel on s’expatrie, le tout est d’oser.
Et si « oser est le commencement de réussir » alors tout m’est permis.

Ce que je fais en Corée du Sud ?
Je saisis les opportunités qui se présentent.

Oser est le commencement de réussir.

Raymond Brucker

Chapitre 2

Sous un autre ciel

C’est donc dans cet état d’esprit que j’ai réellement songé à entreprendre.

Pourtant, ayant suivi une filière scientifique, je n’étais pas destiné à devenir un jour chef d’entreprise.

Est-ce la Corée ?
Ou est-ce le conseil de ma mère qui, il y a quelques années déjà, me poussait à devenir ma propre patronne ?

Quoi qu’il en soit, j’ai toujours eu dans un coin de ma tête la volonté de créer mon entreprise.

Et pour Clément aussi.

Clément est mon meilleur ami de lycée, et réaliser un projet ensemble a toujours été un rêve et notre ambition commune. Mais vous savez comment c'est, meilleurs amis de lycée et ensuite on se perd de vue...et bien pas pour nous. Même avec 9000km de distance, nous sommes toujours aussi proches.

Cela a même permis d’ajouter à notre amitié, le titre d'associés.

Chapitre 3

Mademoiselle Chaussettes

Avant toute chose, il nous fallait trouver une idée.
Et c’est ici à Séoul qu’elle nous est venue.
Après l’université, je me suis expatriée à Séoul, en testant un bon nombre de petits boulots avant de finalement percer en tant qu’actrice. Clément, lui, est resté en France et s’est spécialisé dans la programmation informatique. Et après quelques étés passés ensemble en Corée du Sud Clément et moi avons enfin eu le déclic.

Des chaussettes !!
Vous me direz : « pourquoi des chaussettes ?»

En Corée, nous nous sommes très vite rendu compte que la chaussette était une institution, c’est le pays de la chaussette.
Un élément « fashion », drôle, coloré. Bref, vous l’aurez compris : incontournable.

À chaque retour en France j’emportais avec moi ces chaussettes coréennes pour offrir à ma famille et à mon entourage. Cela faisait toujours son effet, ce qui m’a d’ailleurs valu le surnom de mademoiselle chaussettes.
Les avis étaient positifs. En plus d’êtres mignonnes, fun et décalées, elles s’avéraient très résistantes.

Une année a été nécessaire à Clément et moi avant de réellement démarrer notre entreprise.
Nous ne nous sentions jamais prêts. Entre les difficultés auxquelles nous n’avions pas pensé, les imprévus et les contretemps… Puis il y avait toujours une dernière chose à mettre en place, à améliorer, à fignoler… de peur que ce ne soit pas parfait.

Finalement, après 12 mois, le 13 Octobre 2017, nous nous sommes lancés.
C’était maintenant ou jamais.

Et voilà …

Notre entreprise sera donc dédiée à la chaussette coréenne.
Son nom : La Boîte à Chaussettes
Notre idée : importer cette originalité pour vos pieds à un prix réduit.

Nos chaussettes sont du « Made in Korea », pas chinoises ni japonaises : coréennes. Les chaussettes coréennes sont de très bonne qualité, et elles sont agréables à porter, car fabriquées à 80% coton.
Je visite d’ailleurs régulièrement les usines de fabrication de mes différents fournisseurs pour connaitre précisément les produits que je vends et m’assurer de leur qualité.
Nous choisissons nos chaussettes parmi celles qui sont de plus « trendy » en Corée. Le gage de qualité est primordial, pour preuve, j’ai toujours mes premières chaussettes achetées il y a plus de 5 ans.

Chapitre 4

Rien ne sert de courir...

Notre idée une fois trouvée, nous savions que certaines étapes seraient obligatoires pour enfin créer notre entreprise.

Pour Clément et moi, tout a commencé avec un « brainstorming »… enfin, plusieurs. Ensuite, il a fallu vérifier notre idée, et pour cela, faire une étude de marché. Les résultats étant concluants, la partie administrative a suivi.

La Boîte à Chaussettes est une compagnie française (la logistique se faisant en Corée), les formalités ont donc été faites en France.
Les démarches ont été longues et fastidieuses.
Un nombre important de renseignements étaient nécessaires, et il y a eu beaucoup d’informations à demander, à vérifier, à revérifier à re…. bref.

Ensuite, nous avons travaillé ensemble sur notre plan de communication, il a fallu trouver notre proposition de valeur, affiner notre réflexion sur nos moyens de ventes, définir notre stratégie de gestion du stock, et choisir les solutions techniques pour héberger et gérer notre site Prestashop.

Nous avons dû réfléchir à la forme juridique que nous souhaitions donner à notre structure. En raison de la taille de l’entreprise , de notre activité et des différentes contraintes administratives, notre choix s’est porté sur une SAS (Société par Actions Simplifiée).
Nous sommes alors passés à l’étape de la rédaction des statuts, une étape indispensable pour procéder à la création de toute société commerciale.

Puis dans notre cas, il a fallu monter un dossier auprès du CCI (Centre du commerce international) et du greffe du tribunal de Commerce pour l’inscription au registre du commerce et des sociétés.

Toutes ces démarches ont été réalisées avec le soutien de notre cabinet d’expertise comptable, qui nous a aussi accompagnés dans la prévision de notre budget, la réalisation d’un business plan, ou encore la parution d’une annonce légale.

Et une journée reste mémorable et excitante pour moi : le jour où nous avons signé les papiers de la création d'entreprise.

Chapitre 5

Comme un lundi ?

Mon associé Clément et moi nous occupons de La Boîte à Chaussettes à mi-temps.
En France, Clément travaille pour une société la semaine et consacre ses week-ends à notre entreprise. Au moins deux fois par semaine, nous faisons le point sur les commandes en attente, l’amélioration du site, et les actions en cours et à venir.

Ici, en Corée, l’emploi du temps de ma semaine est partagé entre le monde du spectacle et la Boîte à Chaussettes.

Le lundi, je peux le passer auprès de mes différents fournisseurs afin de sélectionner notre prochaine collection.

lundi

Le mardi serait alors consacré à la séance photos des nouvelles chaussettes, pour les diffuser ensuite sur nos différents réseaux sociaux.

Je pourrais passer la journée du mercredi en studio à enregistrer la voix française d’une publicité, pour une marque coréenne.

mardi

mercredi

La journée de jeudi est généralement dédiée à l’envoi des colis à nos clients. Il faut m’imaginer marchant dans les rues de Séoul, chargé de paquets, en direction du bureau de poste.

jeudi

Enfin, vendredi, il se pourrait que je passe une audition pour jouer le rôle d’une mère de famille, avec un mari et deux enfants pour une publicité de réfrigérateur. Car étonnamment, pour les Coréens, il semblerait que j’ai le profil idéal pour jouer les rôles d’une mère de famille.

Mon week-end est studieux. Comme le domaine du marketing digital continue d’évoluer sans cesse, je me suis inscrite à une formation en ligne pour rester à l’affut des dernières tendances afin d’améliorer notre visibilité en ligne.

vendredi

Nous sélectionnons des chaussettes originales et tendances, et chaque paire que nous proposons sur notre boutique en ligne est choisie pour sa qualité et son confort.

Nos chaussettes sont coréennes, et nous faisons particulièrement attention au processus de fabrication et aux matières premières utilisées pour faire rimer qualité et originalité.

Toutes nos chaussettes sont disponibles sur notre boutique en ligne : La Boîte à Chaussettes.

Chapitre 6

Essayer, échouer, recommencer

Le parcours d’entrepreneur est loin d’être linéaire et il faut tout le temps s’adapter.

J’avais eu d'autres idées avant La Boîte à Chaussettes, toujours dans le commerce, mais certains aspects administratifs s’étaient avérés trop compliqués à l’époque, et finalement cela n’a pas abouti.

Cependant, se rendre compte qu'un projet sur lequel on a travaillé pendant plusieurs mois ne verra pas le jour n’a jamais été une fatalité. Au contraire, je l’ai toujours pris comme une préparation pour mon nouveau ou mon véritable projet.

Bien sûr, ce n'est pas évident de réaliser qu'il n'y aura pas d'aboutissements et cela peut prendre quelques mois pour se remettre d'aplomb avant de se relancer avec une nouvelle idée d’entreprise.

Mais entreprendre c’est aussi savoir sans cesse se remettre en question.

Entreprendre c’est sans cesse savoir se remettre en question.

Pour Clément et moi, La Boîte à Chaussettes est une aventure qui a pour objectif de créer, se former, faire vivre une entreprise et être fière de son aboutissement.

Pour mener à bien ce projet, nous nous sommes appuyés sur notre entourage : frères, parents, et amis. Ce projet n'est pas seulement l'aventure de deux amis qui crée une entreprise, c'est aussi l'occasion de travailler avec les personnes qui nous sont chères et dans un seul but : réussir à choyer nos clients.

Mon challenge était de créer mon entreprise française tout en vivant à l'étranger. Aujourd’hui, je suis fière de pouvoir dire que je l'ai fait et je continue de tout donner pour réussir.

Chapitre 7

L'équilibriste

Une chose est sure, j’ai beaucoup appris depuis la création de mon entreprise. Pour moi, un entrepreneur doit être polyvalent, mais en même temps rester réaliste sur ses compétences.

Ne surtout pas hésiter à demander de l'aide, surtout pour toutes les démarches administratives : comme faire appel à des organismes pour votre étude de marché, à un avocat pour la rédaction de vos statuts d'entreprise, à une entreprise de conseils pour vos finances ou encore à une entreprise de communication pour promouvoir votre entreprise.

Il est nécessaire de trouver le juste équilibre afin de développer son entreprise.

Il s’agit à la fois de faire preuve de polyvalence, d’être en même temps capable de reconnaitre ses propres limites, et de savoir s'entourer des bonnes personnes.
Créer son entreprise sans aide externe aurait été quelque chose de très audacieux et quelque peu risqué. Nous avons été soutenus par une entreprise de Conseils pour toutes les démarches de création d’entreprise, j'ai aussi fait appel à un banquier et une amie graphiste.

Pensez aussi aux aides et aux subventions des différentes associations ou même de votre région. Si vous rentrez dans leurs critères de sélection, saisissez l'opportunité, car c'est un énorme coup de pouce.

Clément et moi avons toujours su rester humbles sur notre parcours. Même si nous sommes les dirigeants de la Boîte à Chaussettes, nous n’oublions pas que cette aventure n’aurait pu se faire sans l’aide de nos proches. Dans notre entourage, nous avons toutes les personnes-ressources pour faire vivre une entreprise, et nous nous appuyons sur elles pour faire vivre ce projet (comptabilité, marketing, banque, vente, informatique…). Nous devons la réussite de La Boîte à Chaussettes à la mise en interaction de ces personnes.

Si je n’avais qu’un seul conseil à donner à quelqu’un souhaitant démarrer son entreprise cela serait de surtout bien s’entourer.

Finalement, démarrer son entreprise est quelque chose de très excitant, mais cette aventure peut aussi s’avérer assez stressante. On ne peut jamais être sûr à 100% que cela va fonctionner, mais si on y croit, alors il faut tout donner et surtout ne pas regretter.

Et rappelez-vous : « oser est le commencement de réussir. »

Votre Boîte à Chaussettes

La Boîte à Chaussettes offre une sélection de chaussettes uniques, audacieuses et accrocheuses, tout comme vous !

Cependant, ne vous laissez pas tromper par cette fantaisie, Lisa et Clément prennent la qualité et le confort très au sérieux et bien sûr toutes les chaussettes sont fabriquées en Corée.

La Boîte à Chaussettes propose un large choix de chaussettes fun et colorées, surprenantes et différentes, pour montrer au monde à quel point vous êtes incroyable !

Pour en savoir plus sur La Boîte à Chaussettes

Votre histoire

Partagez avec nous votre histoire de création d'entreprise afin d’inspirer d’autres entrepreneurs à sauter le pas !

nnapol@cocoricoweb.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Parlez-nous
de votre projet
[Guide gratuit]
[Guide gratuit]
[8615]
[8615]
[Guide gratuit]
[Guide gratuit]
[i]
[i]
Bitnami